Tennis : Justine Henin enterre Serena Williams

L’ancienne joueuse belge reste dubitative sur les chances de l’Américaine aux 40 piges de pouvoir remporter un nouveau Grand Chelem.

Au sport comme dans la vie tous les jours, certaines quêtes se révèlent hypothétiques. Même pour les plus grands athlètes qui soient, ces compétiteurs hors pair, tellement habitués à franchir des limites que cela en devient une sinécure. C’est hélas, le cas de Serena Williams dans sa recherche du 24e Grand Chelem (GC), selon Justine Henin.

L’ancienne star belge, quadruple vainqueur de Roland-Garros, devenue consultante pour la chaîne de télévision Eurosport, estime que l’Américaine de 40 ans n’est plus vraiment en mesure d’ajouter à son palmarès déjà riche de 23 titres majeurs, une nouvelle ligne qui ferait d’elle la plus prolifique joueuse de tous les temps, à égalité avec l’Australienne Margaret Court.

Essoufflement

Justine Henin en veut pour preuve les nombreuses occasions récemment manquées par l’intéressée. Depuis 2017 et sa victoire à l’Open d’Australie, la septième de sa carrière, l’ancienne numéro 1 mondial multiplie les échecs en GC. Elle s’est pourtant hissée à quatre reprises en finale, à Wimbledon et à l’US Open notamment. Mais la marche apparaissait chaque fois trop haute pour cette maman d’une petite fille.

À en croire la consultante d’Eurosport, ces accrocs répétés sont le signe d’une ancienne terreur de la balle jaune que le circuit ne craint plus. Serena longtemps dominante vis-à-vis de ses adversaires, même avant l’entame des matchs, ne le serait plus, selon Justine, ancienne grande rivale de l’Américaine. Les deux s’étant affrontées à 14 reprises pour un résultat plutôt serré : 8 victoires contre 6 pour l’actuelle 41e au classement WTA. C’est dire que les potentialités de la native de Saginaw ne sont pas un mystère pour la Liégeoise. Cette dernière met en avant l’émergence sur le circuit féminin d’une nouvelle génération de joueuses au talent mordant, pour expliquer ce plafond de verre sur lequel la plus auréolée des sœurs Williams bute désormais.

Spectre de la fin

Pour Serena aujourd’hui, le challenge est moins une nouvelle victoire en GC que la capacité à revenir sur le terrain afin d’enchaîner les matchs, ajoute Justine Henin. L’Américaine n’est en effet plus apparue sur les courts depuis son retrait forcé de Wimbledon fin juin pour cause de blessure. Après son forfait à l’US Open, elle a annoncé début décembre son absence à Melbourne pour l’Open d’Australie prévue à la mi-janvier.

Le spectre de la fin de carrière menace plus que jamais celle qui aura tout de même tout gagné au tennis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.