La gauche à la présidentielle : et si c’était Christiane Taubira ?

L’ancienne ministre de François Hollande serait de plus en plus tentée à se lancer dans la course à l’Élysée, motivée par la déconfiture de la gauche et la percée de l’extrême droite.

Bientôt des « Christiane Taubira, présidente  » ? on n’en est pas encore là, malgré l’insistance de ses proches depuis maintenant plusieurs mois. L’ancienne ministre de la Justice plus ou moins en retrait de la vie politique, ayant toujours opposé une fin de non-retour aux nombreuses sollicitations de sa candidature à la présidentielle de 2022.

Jusqu’à ces dernières semaines durant lesquelles son état d’esprit semble avoir changé, en tout cas à en juger par les confidences obtenues de sources proches d’elle par BFMTV. Ce dernier indique dans un article paru son site internet, lundi 6 décembre, que la native de Cayenne songerait de plus en plus à proposer sa candidature au scrutin d’avril prochain dans le cadre d’une alternative aux différents actuels porte-étendard de la gauche.

Déclic

Le déclic ? L’éclatement de son aile politique que près d’une dizaine de figures se croit légitime de représenter, quitte à courir le risque de faire sombrer le navire. Car, ni Jean-Luc Mélenchon (France Insoumise), ni Yannick Jadot (Europe Écologie Les Verts) encore moins Anne Hidalgo ne décolle vraiment dans les sondages malgré l’onction de leur parti respectif à participer à cette course élyséenne.

L’autre raison à l’origine d’une potentielle candidature de Taubira selon BFMTV, serait l’extrême droite. Désormais incarnée par deux figures, à savoir Marine Le Pen et Éric Zemmour, cette tendance politique a de fortes chances, à en croire les enquêtes d’opinion, de se retrouver au second, et pourquoi pas de l’emporter ? Une éventualité exécrée par l’ex-Garde des Sceaux qui a fait du combat pour l’égalité pour tous un sacerdoce.

Primaire populaire

D’où sa réflexion actuelle sur l’hypothèse d’une candidature, assurent les confidents. Ces derniers font toutefois remarquer que si elle décide de participer au scrutin, Christiane Taubira ne souhaite pas constituer une photo de plus sur le bulletin de vote. Elle aurait notamment l’intention d’œuvrer au rassemblement de la gauche autour de son nom à travers la primaire populaire souhaitée fortement par un collectif citoyen. L’initiative censée se dérouler prochainement avec la participation souhaitée des principales figures de gauche penche davantage pour l’ancienne députée créditée de nombreux parrainages.

Reste à convaincre Mélenchon, Jadot et autres Hidalgo de se soumettre à l’opération d’ores et déjà disqualifiée par ces derniers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.