FC Barcelone : Xavi pour sauver les meubles ?

L’ancien milieu de terrain, coach depuis 2019 au Qatar, va très probablement devenir technicien du Barça. Sera-t-il capable de sortir le club catalan de son marasme actuel ?

Sauf à être devin, il est impossible de dire ce que sera un potentiel règne de Xavi Hernandez sur le banc du FC Barcelone. Oui, ce n’est pas encore signé. Mais les négociations se poursuivent en coulisses pour faire de l’ancien milieu de terrain le prochain coach du Barça. Le président du club catalan, Joan Laporta, a d’ailleurs eu du mal à dissimuler sa volonté de faire revenir l’homme de 41 ans au club, lors de sa première sortie post-Koeman vendredi.

À moins d’un retournement de situation, tout est donc en place pour que l’un des hommes à penser du Barça de Guardiola retourne au bercail. Pour quel sort ?

Brève expérience   

Analyser le parcours de Xavi de près pourrait offrir quelques débuts de réponse. Et en l’occurrence, l’ancien champion du monde espagnol n’a pas chômé depuis sa retraite du football en tant que joueur en 2019. Tantôt entraîneur, tantôt joueur entre 2015 et 2019 après son départ de Barcelone, le natif de Terrassa tient les rênes du club qatari d’Al-Sadd depuis deux ans. À son actif, une première saison invaincue couronnée d’un titre de champion. Depuis, sept autres récompenses ont été glanées par l’équipe qui compte dans ses rangs des noms bien connus à l’image d’André Ayew ou encore Santi Cazorla.

Suffisant pour augurer du succès de Xavi au Barça ? Ce serait aller très vite en besogne que d’y répondre par l’affirmative. Il y a tout de même dans le style prôné par le jeune entraîneur, le jeu de possession qu’affectionnent tant de supporters blaugrana à la recherche d’un nouveau Pep Guardiola. C’est entre autres raisons pour laquelle la simple évocation de Xavi comme successeur potentiel de Ronald Koeman suscite une certaine frénésie en Catalogne. Les attentes sont nombreuses et l’histoire d’une légende du club ramenant le Barça à la gloire serait pleine de symboles.

Romantisme béat

Il faut toutefois éviter de tomber dans le piège d’un romantisme béat. Toute proportion gardée, le FC Barcelone n’a rien de comparable à une modeste équipe d’Al-Sadd. En ce sens, Xavi aura fort à faire à la manœuvre d’une équipe catalane financièrement exsangue et en perte de repères sportifs depuis quelques années. Pour un saut dans le grand bain du coaching en Europe, il y a bien d’autres défis plus simples pour Xavi. Mais peut-être n’aura-t-il plus jamais d’occasion d’entraîner son club de cœur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.