États-Unis : la réticence à la vaccination, motif de licenciement

La chaîne de télévision américaine CNN a mis fin au contrat de travail de trois de ses journalistes réfractaires à la vaccination anti-Covid. Une décision qui relance le débat sur l’obligation vaccinale dans un contexte de résurgence de l’épidémie.

À CNN, il vaut mieux se faire vacciner contre le Coronavirus. Surtout lorsque l’on travaille sur place. Quelques malheureux employés l’ont appris à leurs dépens le 5 août dernier. Ce jour-là, via une note interne à l’attention de ses salariés, le patron de la chaîne, Jeff Zucker, a indiqué avoir mis un terme à sa collaboration avec trois de ses journalistes, épinglés pour s’être rendus dans les locaux de l’entreprise sans avoir été vaccinés.

Aucune indication ne permet de connaître l’identité des infortunés, encore moins leur poste. Mais il apparaît clairement aux yeux de leur employeur que le code de la chaîne en matière de vaccination a été violé. Et pour cause, la prise du précieux sérum a été érigée en obligation pour tous les travailleurs de CNN, a fortiori pour ceux qui travaillent en présentiel et susceptibles par conséquent potentiellement mettre en danger leurs collègues.

Confiance trahie

Toutefois, il n’était pas exigé des employés une preuve de vaccination. L’entreprise ayant choisi de faire confiance au sens de responsabilité des uns et des autres sur cette question. À tort manifestement, à en juger par l’attitude des journalistes licenciés. Ce qui a le don de mettre en rogne Jeff Zucker qui menace d’exiger à l’avenir une preuve vaccinale, rappelant à ses salariés que la politique de la chaîne de télévision sur le sujet reste non-négociable.

Débat sans fin

Il reste tout de même à savoir au vu de cette intransigeance si les employés avaient préalablement signé avec CNN une clause les contraignant à la vaccination. De cette réponse pourrait dépendre de possibles voies de recours pour les travailleurs indélicats. Même si le gouvernement fédéral a récemment indiqué que l’employeur pouvait contraindre son salarié à la vaccination.

En attendant, le débat sur la vaccination obligatoire fait rage un peu partout dans le monde. La plupart des géants de la tech tels que Facebook et Google, ayant fait de la prise du sérum par leurs employeurs un préalable du retour au boulot. D’autres sociétés comme le Washington Post en ont carrément fait une des conditions à remplir pour tout futur demandeur d’emploi.

Plus loin en France, le sujet fait l’objet d’une bataille rangée entre le personnel soignant et le gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.