Royaume-Uni : le pays face à une récession « record »

 

Dans une première estimation diffusée ce mercredi, l’institut statistique du Royaume Uni chiffre à 20,4 % le recul du PIB au deuxième trimestre par rapport aux trois mois précédents. Le pays se trouve ainsi confronté officiellement à sa pire récession jamais enregistrée.

Le coronavirus fait très mal au Royaume Uni. Selon les chiffres publiés mercredi par l’Office national des statistiques (ONS), l’économie britannique a subi au deuxième trimestre une contraction record de 20,4 %. Cette contraction d’un trimestre sur l’autre semble la plus importante annoncée à ce jour par une économie développée, devant l’Espagne à -18,5 %. Même si, sur l’ensemble du premier semestre, la chute est pire côté espagnol, à -22,7 % contre -22,1 % pour le Royaume-Uni. Sur un an, le produit intérieur brut (PIB) de la Grande-Bretagne a reculé de 21,7 %. L’ONS note qu’il s’agit là de la « pire récession jamais enregistrée » par le pays.

Un confinement plus tardif Outre-Manche

Une situation catastrophique donc, que n’ont pas su éviter les « bons » mois de mai et juin. En effet, le produit intérieur brut (PIB) a rebondi en mai de 2,4 % (chiffre révisé), avec une reprise partielle des chantiers de construction de l’activité manufacturière, et a progressé en juin de 8,7 % grâce notamment à la réouverture de tous les commerces.

L’ampleur historique de la récession au Royaume Uni reflète « les restrictions » de déplacements et d’activité qui ont eu lieu à partir de l’entrée en vigueur du confinement, plus tardif dans le pays (le 23 mars). Cela a contribué à une première vague épidémique plus forte et plus longue Outre-Manche, avec une levée des restrictions décalée et plus progressive par rapport au reste de l’Europe : la dernière phase de déconfinement, prévue au 1er août, a été retardée d’au moins deux semaines.

Déjà 730 000 emplois perdus

« J’ai dit auparavant que des temps difficiles nous attendaient, les chiffres d’aujourd’hui le confirment. Des centaines de milliers de personnes ont déjà perdu leur emploi, et malheureusement, dans les mois à venir, beaucoup d’autres vont faire de même », a commenté le ministre des Finances Rishi Sunak. La récession a déjà provoqué la perte de 730 000 emplois entre mars et juillet, selon des chiffres officiels publiés lundi.

Et le pire reste surement à venir. D’après une enquête de l’ONS menée entre les 13 et 26 juillet, au moins 54 % des entreprises enregistrent une baisse de leur chiffre d’affaires en juillet par rapport à une situation normale. Et seulement 45 % d’entre elles ont déclaré que leur chiffre d’affaires dépasse leur coût d’exploitation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.