Coronavirus : le prix du jus d’orange s’envole

 

Le prix du jus d’orange connaît une forte hausse cette semaine, sous l’effet d’une demande importante des consommateurs. Ces derniers espèrent qu’un peu de vitamine C les aidera à combattre le nouveau coronavirus.

Des propriétés immuno-stimulantes

Le cours du jus d’orange, un fruit très en vogue actuellement, a signé une forte hausse cette semaine. De nombreux consommateurs espèrent qu’un peu de vitamine C les aidera à combattre le nouveau coronavirus. Ainsi, la livre de jus d’orange a gagné plus de 20% en cinq jours pour atteindre jeudi 122,55 cents sur le marché new-yorkais. Un niveau qu’elle avait atteint l’an dernier à la même époque, mais sous lequel elle évoluait depuis.

Stephen Innes, de AxiCorp, a confié à l’AFP que le jus d’orange est bien « l’un des plus gros gagnants sur les marchés » en raison de ses « propriétés immuno-stimulantes ». Selon François Sonneville, analyste chez Rabobank, « Cette réaction (des cours) n’est pas rare lors des épidémies de grippe, les consommateurs étant en demande de boissons plus saines ».

Si l’orange a des propriétés immuno-stimulantes, il le doit en partie à la présence de la vitamine C, comme l’explique François Sonneville : « La question de savoir si le jus d’orange est sain fait l’objet de nombreux débats (…) en raison de sa teneur naturellement élevée en sucre, mais il a été démontré que la vitamine C renforce le système immunitaire ».

L’approvisionnement des marchés menacé ?

Il n’y a pas que la vitamine C qui provoque le rebond des cours de l’orange sur les marchés. Les contraintes qui pèsent sur l’offre accentuent la demande. « Comme les avions sont pour la plupart cloués au sol, il devient difficile d’acheminer les oranges et la pulpe », complète M. Innes. « De même, les consignes de distanciation sociale et les confinements compliquent la récolte » des fruits, a-t-il ajouté. Les autorités sanitaires exigent au minimum 1 mètre entre chaque individu là où les contacts interviennent régulièrement.

Le Brésil a un important stock d’oranges

Peut-on alors craindre une pénurie des oranges dans les prochaines semaines ? Pas vraiment ! Le Brésil, de loin le premier producteur de jus d’orange sur la planète, n’a pas encore décidé de mesures de confinement de sa population. Or ce pays est le plus touché d’Amérique latine avec 2 433 cas et 57 morts. Le gouvernement minimise, en effet, la situation et pense qu’il n’y a pas de raison de paniquer. Pour ce qui concerne les oranges, « Le niveau important des stocks brésiliens nous permet d’assurer qu’il n’y aura pas de situation de pénurie », a conclu M. Sonneville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.