Primaires démocrates : Joe Biden à quitte ou double en Caroline du Sud

 

Le vieux routier de la politique américaine, Joe Biden, joue quasiment son va-tout samedi en Caroline du Sud, quatrième étape des primaires démocrates. Il doit impérativement obtenir une nette victoire sur Bernie Sanders s’il veut encore croire en ces chances avant le « Super Tuesday ».

« Et maintenant nous partons pour la Caroline du Sud pour gagner »

Joe Biden le sait parfaitement : il doit remporter la primaire de Caroline du Sud, samedi 29 février, pour se relancer après un départ laborieux. L’ancien vice-président de Barack Obama a enregistré des scores piteux lors des deux premiers rendez-vous, dans l’Iowa et le New Hampshire. Il a ensuite pu redresser la barre dans le Nevada, où il est arrivé en seconde position derrière Bernie Sanders.

Après ce comeback, l’intéressé a fait montre d’optimisme devant ses partisans quand il affirme à Las Vegas : « Et maintenant nous partons pour la Caroline du Sud pour gagner et nous allons reprendre le dessus. ».

La Caroline du Sud, avec son électorat afro-américain, constitue la dernière carte du démocrate modéré. « Si vous gagnez la Caroline du Sud de manière décisive, vous préparez le “Super Tuesday” et vous devenez le grand favori », lui a rappelé Jim Clyburn, numéro trois de la majorité à la Chambre des représentants et Afro-Américain le plus haut placé au Congrès.

Très influent dans l’État, il est venu cette semaine à la rescousse du centriste. Son appui (en l’absence de celui explicite de Barack Obama) se révélera certainement décisif dans cet Etat à majorité noire (61%). A quelques heures du vote, Joe Biden reste en tête des sondages avec près de 30 % des intentions de vote, malgré la remontée de Bernie Sanders.

Joe Biden veut un troisième mandat de Barack Obama

Depuis le début de sa campagne, le briscard démocrate ne cesse d’évoquer ses liens avec Barack Obama pour gagner ou conserver la sympathie de la communauté afro-américaine. Ainsi, rappelle-t-il à l’envi qu’il a travaillé avec l’ancien président noir, notamment sur la réforme du système de santé. Il se présente alors comme le digne « successeur » de l’autre. « Ce que défend Joe Biden, en un mot, c’est un troisième mandat de Barack Obama », résume Ray La Raja, professeur de sciences politiques à l’université du Massachusetts à Amherst. C’est ce qui lui vaut d’ailleurs les faveurs de l’establishment démocrate, convaincu que Joe Biden, apprécié des cols-bleus, est le mieux placé pour battre Donald Trump.

Mais, ce samedi, «  S’il ne parvient pas à se détacher clairement de Bernie Sanders, cela sonnera tout de même comme un échec », avertit Jean-Éric Branaa, spécialiste de la politique américaine à l’université Panthéon-Assas

Une victoire en Caroline du Sud pourrait en revanche le placer en pole position pour le « Super Tuesday » (3 mars prochain), quand quatorze États, dont des poids lourds comme la Californie et le Texas, voteront à leur tour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.