Etats Unis-Ukraine : les démocrates veulent la tête de Donald Trump

 

Les démocrates du Congrès américain sont déterminés à obtenir la tête de Donald Trump. Jeudi, ils ont annoncé leur intention d’adresser formellement à l’exécutif une injonction à livrer vendredi des documents liés à l’affaire ukrainienne. Quant au président américain, il ne cache plus son embêtement face à cette affaire. Pour lui, « ce qui est en train de se passer n’est pas un ‘impeachment’, c’est un coup d’État ».

Les parlementaires démocrates, chargés depuis le 24 septembre de l’enquête en vue d’une procédure de destitution de Donald Trump, ont menacé de forcer la Maison Blanche à leur fournir des documents liés à l’affaire ukrainienne. « Le mépris flagrant de la Maison Blanche face à de nombreuses demandes de livrer volontairement des documents (…) ne nous laissent pas d’autre choix que de délivrer cette injonction », expliquent dans un communiqué les chefs démocrates des commissions des Affaires étrangères, du Renseignement et de supervision de l’exécutif. Ils reprochent à Donald Trump d’avoir exercé une pression sur son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, en vue d’obtenir de lui une enquête sur l’ancien vice-président Joe Biden, son potentiel futur adversaire à la présidentielle de novembre 2020. Donald Trump, lui, a toujours nié tout en bloc.

Donald Trump crie au coup d’Etat

Le président américain a déclaré que la conversation téléphonique avec Volodymyr Zelensky était l’une des plus parfaites et qu’elle n’a fait l’objet d’aucune pression. Donald Trump a même dénoncé sur Twitter une « chasse aux sorcières de caniveau », dont il serait la grande victime. Il est même allé jusqu’à qualifier la procédure de destitution qui le menace, de « coup d’État ». « J’en arrive à la conclusion que ce qui est en train de se passer n’est pas un ‘impeachment’, c’est un coup d’État », a-t-il écrit sur Twitter, son réseau social favori. Pis, le locataire de la Maison Blanche prévient contre le risque d’une guerre civile en cas de destitution. Selon lui, si les démocrates réussissent à le contraindre à quitter son poste, cela entraînera une fracture digne de la guerre civile, dont les Etats Unis ne guériraient jamais.

Rare dans l’Histoire américaine, cette procédure de destitution secoue vigoureusement la campagne électorale pour la présidentielle de novembre 2020, lors de laquelle Donald Trump tentera d’accéder à un second mandat.

« S’ils étaient honnêtes, ils ouvriraient une grande enquête sur les Bidens »

Jeudi, Donald Trump a tenté de riposter et d’assumer enfin ce qu’on lui reproche. Il a cette fois invité ouvertement la Chine à enquêter sur la famille de Joe Biden, mettant ainsi de l’eau au moulin de ceux qui l’accusent d’avoir tenté une telle manœuvre auprès de son homologue ukrainien. A la question d’un journaliste de savoir : « Qu’espériez-vous que Zelensky fasse exactement au sujet des Biden après votre appel ? », Donald Trump répond : « Je pense que s’ils étaient honnêtes, ils ouvriraient une grande enquête sur les Bidens. C’est une réponse très simple. Ils devraient enquêter sur les Biden (…) Et, soit dit en passant, la Chine devrait également ouvrir une enquête sur les Biden, car ce qui s’est passé en Chine est aussi grave que ce qui s’est passé avec l’Ukraine ».

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.