Athlétisme : Clémence Calvin suspendue à titre provisoire par l’AFLD

La marathonienne Clémence Calvin s’est vue notifier, par l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD), une suspension à titre provisoire, ce mercredi 10 avril. Son compagnon et entraîneur Samir Dahmani a également été suspendu pour la même raison : obstruction à un contrôle antidopage.

Deux manquements notifiés à Clémence Calvin

La marathonienne française Clémence Calvin a reçu, ce mercredi, la notification d’une suspension à titre provisoire de l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD). L’annonce a été faite par son avocat Me Arnaud Péricard au cours d’une conférence de presse. Clémence Calvin s’est vue « notifier deux manquements : un manquement à une obligation de géolocalisation, un no show, le 27 mars après 20 heures. Deuxièmement, elle s’est vue notifier par l’AFLD une suspension à titre provisoire, dans le cadre d’une procédure disciplinaire qui est motivée par une soustraction, j’ouvre les guillemets, à un prélèvement d’échantillon », a expliqué Me Arnaud Péricard.

Clémence Calvin a pris les contrôleurs pour des policiers

La tentative de soustraction au contrôle inopiné a eu lieu à Marrakech (Maroc), selon plusieurs sources concordantes. Deux contrôleurs mandatés par l’AFLD s’étaient présentés à Clémence Calvin et à Samir Dahmani. Ils leur ont demandé de se soumettre à un contrôle, mais le compagnon et entraineur a refusé d’obtempérer. Il a alors eu une altercation avec l’un des contrôleurs qui notifiait au couple qu’il allait être contrôlé. Alors que Samir Dahmani faisait le gros dos aux agents de l’AFLD, Clémence Calvin a pris la fuite.

Elle a expliqué ce mercredi que les contrôleurs s’étaient présentés comme des policiers, sans jamais leur signifier qu’ils voulaient les soumettre à un contrôle.

L’avocat annonce un recours

Quoiqu’il en soit, sa participation au marathon de Paris, prévu ce dimanche 14 avril, est maintenant compromise. Son avocat Me Arnaud Péricard envisage engager « dans les heures qui viennent un certain nombre de procédures, notamment de recours, qu’ils soient administratifs ou judiciaire, afin de faire lever cette suspension provisoire ». Mais il a indiqué que tout dépendait de Clémence Calvin, tout en reconnaissant que le temps jouait en leur défaveur.

Les minima pour les JO de Tokyo s’éloignent

L’athlète a déclaré ce mercredi qu’elle n’avait rien à se reprocher. « Le marathon de Paris, si je dois le courir, je le courrais parce que je suis fière et forte. Je n’ai aucun doute sur moi. Je suis quelqu’un d’intègre ». Clémence Calvin misait énormément sur ce marathon car elle devait réaliser les minima pour les Jeux olympiques de Tokyo.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.