Afrique : Le cyclone Idai fait 127 morts au Mozambique et au Zimbabwe

Au moins 127 personnes ont trouvé la mort au Mozambique et au Zimbabwe après le passage du cyclone tropical Idai. Le bilan pourrait s’alourdir puisque selon les autorités zimbabwéennes, entre 150 et 200 personnes sont encore portées disparues. Les deux pays touchés par ce cyclone font face en ce moment à une catastrophe humanitaire.

Le district de Bera coupé du reste du pays

Au moins 62 personnes au Mozambique et 65 au Zimbabwe ont trouvé la mort au passage de Idai, considéré comme l’un des plus puissants cyclones de l’océan Indien depuis dix ans. Le cyclone a d’abord frappé le Mozambique le jeudi avant de prendre la direction du Zimbabwe. Inondations et vents violents ont ravagé des régions entières de ces deux pays d’Afrique australe. Au Mozambique, ce sont les districts de Bera et Dondo qui ont été les plus touchés par Idai. Selon le ministre mozambicain de l’Environnement, Celson Correia, « Tout est détruit ». La priorité est maintenant de « sauver des vies humaines ». A Bera, principal district sinistré du Mozambique, un demi-million d’habitants est désormais coupé du reste du pays. En attendant l’aide humanitaire, des tentes ont été montées pour abriter la population locale.

« 150 à 200 personnes portées disparues. »

Au Zimbabwe, c’est le district de Chimanimani qui a été durement frappé par Idai. Joshua Sacco, un député zimbabwéen du district de Chimanimani a fait savoir qu’en plus de 65 personnes décédées, «Il y a probablement 150 à 200 personnes portées disparues. ». La plus part des disparus seraient les fonctionnaires d’Etat, dont le complexe résidentiel a été totalement englouti par les eaux diluviennes. Ponts et routes sont devenus impraticables, a confié le député à l’AFP. Des secours ont été héliportés dans la zone sinistrée ce dimanche 17 mars 2019. L’armée zimbabwéenne a pu ainsi secourir près de 200 élèves, enseignants et personnels de l’école, bloqués par la montée des eaux à Chimanimani. Selon un bilan provisoire de l’ONU, plus de cent personnes sont encore introuvables et près de 10.000 ont été affectées par le cyclone. Le président zimbabwéen Emerson Mnangagwa a même dû rentrer précipitamment d’Abou Dhabi pour prendre des mesures urgentes. Il a ainsi déclaré l’état de catastrophe naturelle dans le district de Chimanimani, situé à l’est du Zimbabwe.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.