L’extrême-droite en tête au Brésil

Jair Bolsonaro, le candidat de l’extrême-droite nostalgique de la dictature militaire est arrivé largement en tête du premier tour des élections présidentielles brésiliennes avec 46 % des voix.

 

Souvent comparé à Trump, Jair Bolsonaro avait assuré remporter l’élection dès le premier tour. Il a échoué mais se retrouve au second tour avec 17 points d’avance sur Fernando Haddad le candidat du Parti des travailleurs (29% des voix) nommé en urgence par son parti à la suite de l’incarcération de l’ancien président Lula. Bolsonaro ne s’est pas donné la peine de se présenter à la presse à la suite des résultats. C’est sur Facebook qu’il a réagit déclarant en live qu’une fois élu il allait « unir le peuple » que les Brésiliens allaient devenir une « grande nation » car « personne n’avait le potentiel qu’ils avaient ».

A propos de sa non-élection au premier tour, il a rapidement mis en cause le « le système de vote [électronique] qui a eu des problèmes » sans quoi « « Vous pouvez être sûrs que si ces problèmes ne s’étaient pas produits, nous aurions décidé du nom du futur président de la République dès aujourd’hui » avant d’ajouter : « Je suis certain que nous sortirons victorieux. Il existe désormais deux voies : notre voie de prospérité, de liberté, de la famille et de Dieu, ou la voie du Venezuela… »

En face, le candidat de la gauche, Fernando Haddad, ne perd pas espoir. Tout est encore possible selon lui et selon les instituts de sondage. A la suite des résultats il a déclaré : « Le Brésil court un grand risque de fouler au pied 30 ans de conquêtes » mettant en avant le programme anti-social et anti-démocratique de son adversaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.