Espion empoisonné : Theresay May suivie à l’international

Quelques jours après l’annonce des sanctions de Theresa May à l’encontre des diplomates russes dans le cadre de l’affaire de l’ex espion russe empoisonné à Salisbury, la Première ministre britannique reçoit un soutient à l’international. 

Sergueï Skripal et sa fille Yulia ont été empoisonnés dans le sud-ouest de l’Angleterre le 4 mars dernier, alors qu’ils passaient un week-end familial. Retrouvés agonisants par des passants, ils ont rapidement été pris en charge par les services de secours. La police a émis l’hypothèse selon laquelle ils avaient été empoisonnés par un agent innervant.

A la suite de ces révélations, la Première ministre Theresa May a rapidement pointé du doigt la Russie, qu’elle considère responsable de cette attaque sans foi ni loi. C’est devant le Parlement anglais qu’elle a énoncé sa riposte : 23 diplomates russes, soupçonnés d’être des espions, ont été remerciés, et c’est un aller simple pour Moscou qui les attend. Le Parlement anglais leur a laissé une semaine pour plier bagage et retourner en Russie.

Après l’annonce de ces sanctions, elle s’est vue encouragée par un fort soutient international. En effet, les Etats-Unis, la France et l’Allemagne ont publié un communiqué commun pour réaffirmer leur soutien à l’Angleterre.

Cet usage d’un agent innervant de grade militaire, d’un type développé par la Russie, constitue la première attaque avec un agent innervant en Europe depuis la Seconde guerre mondiale. Il s’agit d’une atteinte à la souveraineté britannique et un tel usage de la part d’un Etat membre représente une violation claire de la Convention sur les armes chimiques et est en contravention avec la loi internationale. Il menace la sécurité de tous”, dit le communiqué.

Les dirigeants des pays signataires n’ont pas manqué de préciser que “le Royaume-Uni a informé de manière intense ses alliées sur le fait qu’il est hautement probable que la Russie soit responsable de l’attaque. Nous partageons le constat britannique qu’il n’y a pas d’autre explication plausible et notons que le fait que la Russie n’ait pas répondu aux demandes légitimes du gouvernement britannique démontre un peu plus sa responsabilité”.

Le communiqué commun appelle la Russie à répondre à toutes les attaques en lien avec celles de Salisbury. Il lui est demandé de fournir un dossier total et complet à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques sur le programme Novitchok.

Après ces sollicitations plus qu’insistantes à l’encontre de la Russie, Theresa May espère recevoir d’autres soutiens. Quant à elle, la Russie peine à se faire entendre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.