Le Pape met Najat Belkacem dans l’embarras

Najat Belkacem, la ministre de l’Éducation Nationale, était hier aux micros de France Inter, pour répondre aux propos du Pape François, qui s’est inquiété publiquement de voir l’école française inculquer la théorie du genre aux enfants.

Sur ce sujet très sensible, qui a déjà initié de nombreuses polémiques depuis la prise de fonction de la femme politique, cette dernière a un argument de poids : la théorie du genre n’existe pas, il s’agit d’un concept inventé par les conservateurs pour dénoncer les initiatives scolaires en faveur de l’égalité des sexes.

Pourtant de nombreux internautes ont relayé depuis ce weekend une interview de Najat Belkacem, accordée au journal 20 minutes le 31 aout 2011, soit plusieurs mois avant les polémiques et la prise de pouvoir de François Hollande, dans laquelle elle défend la théorie du genre.

La théorie du genre, qui explique «l’identité sexuelle» des individus autant par le contexte socio-culturel que par la biologie, a pour vertu d’aborder la question des inadmissibles inégalités persistantes entre les hommes et les femmes ou encore de l’homosexualité, et de faire œuvre de pédagogie sur ces sujets.

Des propos très clairs et a priori sans ambiguïté, que la jeune ministre renie aujourd’hui. Le doute et les interrogations suscités par ce déni de ses propres positions, font penser aux internautes que le pape François a raison de s’inquiéter.

Depuis quelques années, de nombreuses associations, comme VigiGender, dénoncent l’application progressive, à travers les manuels scolaires ou différentes initiatives scolaires, de la théorie du genre sur les enfants français. Une position visiblement suivie par le pape François, pourtant connu pour sa modération…

 

Crédit photo : Mikanini, Flickr (Creative Common)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.