Terres rares : création de China Rare Earth Group; quel levier politique pour la Chine?

 

La Chine a créé en décembre dernier un géant mondial des terres rares qu’il a baptisé China Rare Earth Group. Ce conglomérat, fusion des six principaux producteurs nationaux, a attiré l’attention du secteur d’autant que le pays domine déjà l’industrie depuis plusieurs années. Au-delà du simple besoin de structurer son marché local, on pense que la création de ce groupe donne un puissant levier politique à Pékin dans sa guerre commerciale contre les Etats Unis.

Une participation majoritaire pour Pékin

En décembre 2021, la Chine a approuvé la création de China Rare Earth Group, la fusion des six principaux producteurs de terres rares du pays. Il s’agit notamment de China Minmetals Rare Earth, Chinalco Rare Earth & Metals et China Southern Rare Earth Group. On note aussi la presence de deux sociétés de recherches que sont Ganzhou Zhonglan Rare Earth New Material Technology et Jiangxi Ganzhou. Le nouveau conglomérat sera directement géré par Pékin via sa Commission de supervision et d’administration des actifs (SASAC), qui détient une participation majoritaire de 31,21%. China Rare Earth Group représente jusqu’à 70 % de la production nationale de métaux de terres rares lourds.

Dix-sept métaux aux propriétés électromagnétiques très recherchés

Grâce à la fusion de ses principales compagnies, la Chine pourra mieux structurer son marché, longtemps fragmenté entre des acteurs qui se livrent une concurrence féroce sur les prix. Elle aura aussi la capacité d’assurer la stabilité des chaînes de production et d’approvisionnement, ainsi que le contrôle des tarifs un peu comme le fait l’OPEP pour les coûts du pétrole. Pékin pourra ainsi obtenir plus de recettes de ces terres rares qui, rappelons-le, renvoie à un ensemble de 17 matériaux, dont le lanthane, le cérium, le néodyme et le terbium. Ces métaux ont des propriétés électromagnétiques très recherchés dans diverses industries comme l’électronique, la téléphonie le militaire.

Un moyen de pression politique

La création de la China Rare Earth Group permettra en outre aux grandes entreprises chinoises de lever plus rapidement des fonds auprès des banques publiques nationales à des taux préférentiels. Elles pourront ainsi mieux se développer et conquérir le marché international. Mais la consolidation de l’industrie chinoise se présente surtout comme une opportunité pour la Chine. Celle-ci dispose dorénavant d’un puissant levier dans sa guerre commerciale contre les Etats Unis et l’Union européenne (UE). Pour rappel, ceux-ci importent respectivement 80 et 90% de leurs terres rares de l’empire du milieu, d’après des chiffres de l’US Geological Survey. Une dépendance qu’ils souhaitent rompre le plus tôt possible, alors qu’ils ne disposent pas d’investissements massifs et d’un large réseau de raffinage comme le géant asiatique.

Quelles solutions à la dépendance vis-à-vis de la Chine ?

Tandis que Pékin cherche à réduire sa production afin de préserver ses réserves, Washington et Bruxelles ont annoncé dernièrement des stratégies pour anticiper de potentielles pressions chinoises. Les Etats Unis ont récemment rouvert d’anciennes mines et débloqué une subvention pour construire une raffinerie de terres rares légères au Texas. Ils débloquent aussi des investissements pour des explorations en Afrique dans le cadre du projet Global Gateway.

En Europe, l’UE travaille aussi à injecter des financements dans la recherche et l’exploiration. Les industriels aussi s’activent, dont les constructeurs de véhicules. Certains comme BMW, Nissan et Volkswagen cherchent à économiser leur utilisation de terres rares. D’autres envisagent d’éliminer complètement ces métaux de leurs produits et les remplacer par des alternatives durables. Pour l’heure, la Chine peut continuer de renforcer sa domination en profitant des sanctions économiques contre la Russie, l’autre géant minier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.