Casino d’Angers : une décision du TGI sans grande conséquence pour le groupe Casino

Le jeudi 17 octobre, le Tribunal de grande instance d’Angers a interdit à la société prestataire du groupe Casino de faire travailler des animateurs/animatrices au sein du Géant Casino de la Roseraie le dimanche après-midi. Une décision très attendue par les acteurs syndicaux. Pourtant, cette dernière n’aura qu’un impact limité sur la stratégie du distributeur. Arrivée des GAFAM dans le secteur, concurrence accrue entre les distributeurs et évolution des modes de consommation des Français, tout concourt dans les faits au développement de ces expérimentations.

C’est une petite victoire pour les syndicats, bien qu’elle apparaisse finalement comme davantage symbolique qu’effective. Le jeudi 17 octobre, le tribunal de grande instance d’Angers, dans le Maine-et-Loire, a interdit à la société Événement d’employer des hôtes/hôtesses d’accueil le dimanche à partir 13 heures dans le Géant Casino d’Angers.

En conséquence, le groupe Casino devra désormais se passer des animateurs/animatrices dans son hypermarché de la Roseraie. En revanche, Casino pourra bel et bien continuer à employer des vigiles pour sécuriser les lieux.

Géant Casino va continuer sur sa lancée

La décision de justice, si elle contraint le groupe de Jean-Charles Naouri à revoir son mode de fonctionnement et à procéder à des ajustements dans les expérimentations actuellement en cours, ne remet pas en cause sa stratégie. Le distributeur n’entendait d’ailleurs pas revenir sur sa politique d’ouverture le dimanche. « Nous envisageons d’accélérer la dynamique au quatrième trimestre », a annoncé ce dernier, confiant dans la pertinence de sa stratégie.

Après les Géant Casino de Gap et de Chaumont, le dimanche 13 octobre, Casino devrait procéder à l’ouverture de l’hyper de Salon de Provence, à partir du dernier dimanche d’octobre, et celui de Fontaine-lès-Dijon, à partir de la mi-novembre.

Rappelons qu’à fin septembre, le groupe Casino avait déjà converti 240 points de vente au mode « autonome » (pour un objectif de 500), dont 96 supermarchés Casino, 59 Monoprix, 57 Franprix, 16 Leader Price et 11 magasins de proximité.

Une petite révolution dans la grande distribution

Casino a de nombreuses raisons de souhaiter continuer sur sa lancée. L’ouverture des magasins sans caisses le dimanche s’avère être tout particulièrement rentable dans un secteur confronté à une concurrence accrue, tant de la part des acteurs traditionnels de la grande distribution que des néo-arrivants, à l’image d’Amazon Prime. Comme le fait observer un cadre de Monoprix, « le dimanche est devenu selon les magasins le deuxième ou le troisième jour en termes de chiffre d’affaires ».

Luc Simon, directeur du Géant Casino d’Angers, s’attend à ce que « le dimanche après-midi pèse 5 % du CA ». Chaque dimanche, son hyper enregistre plus de 1000 clients l’après-midi, soit autant que le matin ! Il existe donc une forte demande à satisfaire chez le consommateur, au risque que ce dernier finisse par privilégier les livraisons à domicile, en moins de 2 heures, proposées par des acteurs comme Amazon.

La possibilité de faire ses courses en hyper le dimanche toute la journée apparait aujourd’hui comme une évolution inévitable de la grande distribution.

C’est une petite révolution qui doit permettre aux grandes enseignes de se réinventer et mieux faire face à la concurrence des géants du e-commerce comme Amazon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.