Sécurité aérienne : Les Boeing 737 Max seront désormais équipés d’un signal lumineux

Les Boeing 737 Max seront désormais dotés d’un signal lumineux pour avertir les pilotes d’un dysfonctionnement du système anti-décrochage MCAS. Celui-ci avait été mis en cause lors de l’accident du 737 MAX 8 de la compagnie indonésienne Lion Air, en octobre 2018. Le signal lumineux d’alerte, baptisé « disagree light » par le constructeur américain, était jusque-là une fonctionnalité optionnelle payante. Boeing l’installera gratuitement à l’avenir sur tous ses appareils.

Dorénavant, tous les Boeing 737 MAX seront équipés d’un signal lumineux d’alerte, nommé « disagree light ». Ce dispositif permettra d’avertir les pilotes de tout dysfonctionnement du système anti-décrochage MCAS. Celui-ci a été mis en cause dans le crash de l’appareil du même type, de la compagnie indonésienne Lion Air, en octobre dernier. L’accident avait fait 189 victimes.

Désormais 100% gratuit

Le signal lumineux « disagree light » était jusque-là une fonctionnalité optionnelle payante. Autrement dit, Boeing ne l’installait à bord des avions qu’à un certain prix. Ce ne sera plus le cas, annonce le constructeur aéronautique américain. Aucune compagnie ne paiera à l’avenir pour exploiter ce système. Il sera entièrement gratuit.

La fonctionnalité « disagree light » s’activerait automatiquement en cas d’informations erronées transmises par les sondes d’incidence (« Angle of attack »- AOA) au système de stabilisation MCAS. Ce système anti-décrochage évalue l’angle d’attaque et place l’avion en piqué, lui permettant de reprendre de la vitesse. Grâce à cette manœuvre, l’appareil évite le décrochage fatal.

Les fonctionnalités du 737 MAX 8 encore méconnues des équipages

Malheureusement, le 737 MAX 8 de Lion Air et celui d’Ethiopian Airlines, qui s’est écrasé le 10 mars dernier et a fait 157 morts, n’étaient pas équipés de « disagree light ». Cette fonctionnalité aurait peut-être changé le destin en enclenchant la stabilisation. Aussi, selon les premiers éléments de l’enquête sur le 737 MAX 8 de Lion Air, l’une des deux sondes d’incidence AOA était tombée en panne. Pis, elle continuait d’envoyer des informations aux calculateurs, dont le MCAS. Or ce dernier prend les commandes de l’appareil et le place en piqué même quand le pilote tente une manœuvre contraire. Selon Boeing, l’équipage du Lion Air aurait dû désactiver le MCAS comme l’AOA était hors service. Mais il ne le savait pas. Les autorités de l’aviation américaine avaient d’ailleurs pointé du doigt cette méconnaissance du fonctionnement du 737 MAX par les pilotes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.