Zéro émission : un carburant à base d’ammoniac promet de décarboner l’avion

 

Au Royaume Uni, des expérimentations ont permis de mettre en avant l’utilisation de l’ammoniac comme carburant décarboné pour l’avion. Cette alternative au kérosène pourrait rapidement être mise sur le marché selon ses concepteurs.

L’entreprise d’ingénierie britannique Reaction Engines et l’agence gouvernementale du Royaume-Uni Science and Technology Facilities Council (STFC) ont publié, il y a quelques jours, une étude pilote conjointe sur l’utilisation de l’ammoniac comme carburant pour les avions. Il s’agit plus précisément de l’ammoniac craqué en hydrogène. Ce produit n’émettrait pas de CO2 et brûlerait de manière stable, comme les équivalents conventionnels.

Le nouveau système de Reaction Engines se base sur une technologie d’échangeur de chaleur développé par l’entreprise pour son moteur SABRE (Synergetic Air Breathing Rocket Engine ), à destination de l’exploration spatiale. Il permet d’abord de stocker l’ammoniac sous forme de liquide réfrigéré et pressurisé dans les ailes de l’avion, à la place du kérosène. Ensuite, la chaleur du moteur se charge de réchauffer l’ammoniac au fur et à mesure. Puis un catalyseur s’occupe de changer une partie en hydrogène. Enfin, le mélange est acheminé vers le réacteur, où il brûle comme un carburant classique.

« L’ammoniac ne nécessite pas de repenser complètement la conception des avions »

Dans un communiqué, Reaction Engines assure que l’ammoniac est « véritablement écologique » et donc ouvrirait la voie à des vols zéro émission dans quelques années. Mais ce n’est pas tout : il aurait aussi un faible coût de production. « La densité de l’ammoniac liquide permet d’utiliser des configurations classiques et il est possible d’adapter un moteur existant, donnant un avion à réaction sans carbone qui pourrait être rapidement mis en service, bien avant l’objectif de 2050 actuellement fixé par l’industrie », précise Reaction Engines. Par ailleurs, « l’ammoniac comme carburant ne nécessite pas de repenser complètement la conception des avions civils tels que nous les connaissons aujourd’hui », ajoute l’entreprise britannique. « Cela signifie qu’une transition rapide vers un avenir durable pour l’aviation est possible à faible coût », écrit-elle encore.

Passer des tests en laboratoire à des expérimentations sur un avion

Reaction Engines et Science and Technology Facilities Council (STFC) disent avoir effectué avec succès des tests en laboratoire. « Notre prochaine étape est de passer à la petite échelle de l’aviation et nous sommes convaincus que nous atteindrons cet objectif », conclut-ils leur étude. Cependant, avant que l’ammoniac ne puisse être adopté par le secteur, les partenaires doivent mener de nombreux autres essais pour prouver les avantages environnementaux de l’utilisation de l’ammoniac comme carburant d’aviation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.